Publié le Laisser un commentaire

Les LABELS bio : attention au greenwashing !

Savez-vous qu’il n’existe AUCUNE définition officielle du BIO ? Aucune… C’est pourtant simple, je serai législatrice, je l’aurai créée en 2 minutes chrono. On est d’accord que tout ce qui est BIOLOGIQUE devrait être la norme, et l’était d’ailleurs pendant des millénaires dans notre alimentation, cosmétique, et textile. En 100 ans à peine, pour l’argent, le rendement, le productivisme, et vendre, vendre, vendre…. Le bio est devenu anecdotique ou inaccessible alors que chacun devrait vouloir le meilleur et y avoir droit ! Je ne sais plus quel humoriste soulignait que “c’est pas sur le bio qu’on devrait écrire bio, mais sur la merde qu’on devrait écrire merde!” mais il n’a pas tord… Et la multiplication infinie des labels et chartes bio ne fait qu’embrouiller le consommateur.

On a quand même réussi en 50 ans à faire qu’une fleur bio, donc totalement naturelle, coûte plus cher qu’un mélange d’ingrédients pétrochimiques ultra-transformés goût fleur… Bizarre ! Ce que les labels vous cachent, c’est que chacun choisit ses propres critères de certification bio, c’est complètement légal et vous-même pouvez demain créer votre label bio certifiant un produit bio contenant 1% de bio si vous voulez ! Je sépare ce billet en trois parties : COSMÉTIQUES / TEXTILE / ALIMENTAIRE, parce qu’en plus les labels, même quand ils sont délivrés par les mêmes organismes certificateurs, sont différents…

LES LABELS COSMÉTIQUES

Il existe en France une douzaine de labels , donc de marques privées, certifiant les cosmétiques bio. Chacun a ses critères, parfois très stricts, parfois vraiment très très trèèèèès larges pour apposer la mention “BIO” sur les marques qui payent pour être enquêtées et obtenir le ou les labels de leur choix.

Il y a bien un label européen tentant d’instaurer une cohérence entre un bio de Pologne, de Grèce, d’Espagne ou de France MAIS ce label nivelle les exigences vers le bas… Un label européen (ou mondial, comme il existe en textile) BIOLOGIQUE strict serait suffisant et plus simple pour les consommateurs mais gommerait aussi toutes les nuances que les labels actuels permettent : Certains de mandent 100% d’ingrédients biologiques quand les ingrédients existent en production biologique, pendant que d’autres, comme Ecocert, qui ne s’appelle plus Ecocert mais Ecocert biologique ou Ecocert Ecologique et maintenant Ecocert GREENLIFE pour mieux vous vendre du rêve- labellise BIO des crèmes contenant 90% d’eau (jamais certifiable) + 80% des autres ingrédients chimiques + 20% d’extraits de fleurs issues de l’agriculture biologique…. Certains prennent en compte l’origine des ingrédients (bio de Chine n’est PAS le bio de France), d’autres les critères sociaux (pas de travail des enfants dans les exploitations, salaire minimum décent, etc…), d’autre non, certaines demandent des contenants strictement réutilisables, d’autres valorisent les emballages en bioplastique 100% OGM, certaines interdisent l’huile de palme, d’autres certifient bio des produits contenant 60% d’huile de palme non biologique non équitable (adieu les orang-outangs !)…

Bref, chacune est libre de créer ses règles et c’est à VOUS d’apprendre à lire les étiquettes !

C’est à vous consomm’acteur de lire les étiquettes pour ne pas être un con-sommateur de GREENMARKETING, mais quand on ne sait pas, on ne peut pas, et bizarrement l’école ne nous l’apprend pas… Alors quand on me demande pourquoi je propose pas du maquillage, des crèmes pour le change ou pour le visage, bin c’est parce que je refuse de vous vendre une crème de chez Avril par exemple, celle présente dans toutes les box pour femmes parce qu’elle ne coûte rien, qui contient en gros 82% de produits chimiques. Oui c’est pas cher, mais pour la m**** que c’est sous un joli tampon, c’est cher, très cher quand on sait ce que coûtent, à la tonne, les ingrédients non bio… Et je ne parle pas du prix pour l’environnement et les travailleurs de ces industries là !

infographie crédit réservé @penser_vert !

Je pourrais écrire un roman sur les labels BIO, mais cette infographie de @penser_vert est plutôt bonne, et une image parle souvent plus que plein de mots… Je rajouterai à ce visuel quelques précisions :

* Cosmos organic étant un label uniformisé, ce qui part d’une vraie bonne intention, la marque uniformise plutôt vers le bas les critères de bio et naturel…

* Nature et Progrès en revanche, a pas mal de critères sociaux et éthiques, en plus de ce critère ultra simple et efficace: “100% d’ingrédients biologiques obligatoires si ces ingrédients existent en bio “, notamment des ingrédients ÉQUITABLES pour ce qui est importé, et une notion de circuit court si les ingrédients existent en local (alors que les grands industriels vont importer de l’huile de tournesol d’Amérique même si des paysans en cultivent à 100 km) , mais aussi une interdiction totale de certains ingrédients comme l’huile de palme (les orang-outangs et les forêts primaires asiatiques disent merci !) et les nanoparticules (présentes dans 90% des crèmes solaires bio, ce qui est un scandale !)

Fleur Européenne : je cherche toujours à quoi elle sert à part un tampon vert…

* Cosmebio : peut certifier bio un produit bébé à 20% d’ingrédients bio et un autre contenant 100% d’ingrédients bio, leur but étant donc apparemment de ratisser large… (Parce que je n’aborde pas ici la compétition entre labels, ni le lobbying, mais je jure qu’ils existent). Bref, c’est vraiment dommage, pour la marque Cosmebio comme pour les consommateurs, car ce label ne garantit pas grand chose, et encore moins que deux produits Cosmebio aient les mêmes exigences (Cosmebio + 10% à 100% d’ingrédients bio, c’est tout e qui est sûr…).

* Ecocert biologique rêvant de labelliser plus de pas- bio-mais-faisons-comme-si a créé une seconde marque,Ecocert écologique ( qui en dépit de l’utilisation du mot écologique ne compte ni les kilomètres parcourus par les ingrédients, ni leurs émissions Carbone, et s’il y a un peu de bio dedans c’est bien…), et le petit dernier de leurs bébés greenmarketing, Ecocert greenlife, pour certifier plus encore ! Bref, Ecocert se perd, se cherche, c’est dommage mais encore une fois, allez-y les yeux grands ouverts car c’est à vous de décrypter les étiquettes INCI…😳* Natrue est peu présent en France et c’est dommage, c’est un label vraiment intéressant, gage de qualité, et cohérent, que je vous invite à rechercher.

* Vegan pour moi n’est pas un label cosmétique, je ne l’aurai pas mis dans ce tableau car c’est un label généraliste qui garantit la non exploitation animale, il s’applique en alimentaire, cosmétique, textile…

* Il manque des labels très intéressants, notamment Déméter, un vieux label qui garantit une agriculture locale et biodynamique (donc plus bio que bio, 100% sans OGM, traitements 100% naturels, respect du cycle de la vie, cultures en fonction des Lunes, etc…)

* Et les petits artisans très bio qui n’ont pas ou pas encore la mention, souvent pour des raisons financières, parce que OUI, les mentions BIO, si elles apportent des garanties (parfois) à l’acheteur, c’est aussi un énorme business (coût de la certification moyenne entre 800€ et 10000€, ce qui est énorme pour un agriculteur / transformateur qui s’installe !

J’ai trouvé pour Mellune quelques produits de marques françaises certifiés 100% d’ingrédients bio, et comme le textile, je ne vous proposerai que ça. Parce que je ne veux pas que vous doutiez de mon éthique. Parce que j’ai trop travaillé chez Nature & Progrès pendant des années pour imaginer vous vendre aujourd’hui un “produit bio” composé à 80% d’ingrédients non naturels et non bio. Parce que quand on lit les étiquettes dans une salle de bain, on a juste envie de tout jeter, et de ne pas racheter du faux-bio ! Si vous ne pouvez pas vous offrir des tonnes de produits BIO, c’est pas grave ! Achetez-vous une base aqueuse (hydrolat), une base grasse (bonne huile vierge, crue et bio), une base sèche (argile), une ou deux huiles essentielles biologiques et pures, qui vous serviront aussi en cuisine et pâtisserie, et à l’aide des milliers de tutoriels internet, vous pourrez fabriquer vraiment de très très bonne qualité et à moindre frais baume, dentifrice, huile de massage, démaquillant, liniment bébé, etc… C’est super fun, et très gratifiant de se dire qu’on ne s’est pas fait manger par du green marketing et qu’on sait exactement ce que contient notre crème, bien plus que de croire qu’on achète et utilise du bio alors qu’on a surtout acheté de l’eau et 20% seulement de bio…

VOICI LA COMPOSITION DE DEUX PRODUITS DE DEUX MARQUES DIFFÉRENTES PORTANT LE MÊME LABEL BIO :

Votre corps est un temple. Je le respecte et préfère ne rien vous vendre que vous vendre de la daube bien emballée dans un green packaging recyclable avec des fleurs et des tampons verts…. Je ne suis pas parfaite mais j’essaye d’être cohérente, c’est un long chemin, mais il est passionnant, et depuis deux ans, ma seule devise ici c’est less is more… Donc quelques produits cosmétiques 100% bio arrivent en boutique, mais tout doucement.

L’article sur le textile arrive dans quelques temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.