Publié par Un commentaire

La Doula, pour qui, pourquoi ? – Par DoulAline

doula on

Une doula, c’est quoi ?

La Doula est une femme qui prend soin de façon non médicale de la femme, du couple, de la famille nucléaire voire élargie, pendant la grossesse, le jour de l’accouchement et pendant le 4ème trimestre, le post-partum. Elle accompagne par sa présence, sa bienveillance et ses connaissances dans divers domaines la parentalité sous toutes ses formes et étapes.

Comme toute professionnelle de la périnatalité, la doula nourrit son travail de ses propres expériences. Elle n’a pas besoin d’avoir vécu la maternité pour exercer puisqu’elle vit tout de même son cycle menstruel, avec les changements hormonaux, les possibles douleurs, la sexualité etc… La doula n’aura pas non plus tout vécu si elle est maman. Elle a de l’expérience certes, mais imaginez si elle devait avoir vécu une IVG, une IMG, le deuil périnatal, la prématurité, la gémellité, la fausse couche, le déclenchement, la césarienne, l’accouchement post-terme, l’accouchement à domicile, en maison de naissance, en salle nature, avec et sans péridurale, sous anesthésie générale, des problèmes de fertilité, d’allaitement, le handicap côté bébé ou parental etc… Non vraiment ce ne serait pas possible. Par contre, très souvent la doula a suivi plusieurs formations (oui plusieurs, parce qu’on devient vite accro aux formations en périnatalité), elle engrange des témoignages de parents et de collègues. Ceux-ci vont l’aider pour ses accompagnements, et elle saura sur qui s’appuyer en cas de besoin. Car un autre point important qui fait la force de la doula, c’est son réseau de professionnels variés. Avec celui-ci, la doula peut rediriger une maman, ou un couple, vers le professionnel adéquat, ou créer un projet de naissance à domicile, par exemple couple +sage-femme libérale + doula.

Crédit photo réservé www.ldmkphoto.com

Une doula, pour qui ?

La doula accompagne généralement le couple, hétérosexuel comme homosexuel, mais parfois la femme seule aussi, dès que celle-ci en a besoin et fait appel à sa doula. Ce peut-être en pré-conception, pendant la Procréation Médicalement Assistée, lors d’une fausse-couche ou la grossesse d’un bébé arc-en-ciel, etc… Et bien sûr le couple qui devient parent, l’accompagnement le plus répandu, possiblement jusqu’au sevrage de l’enfant.

Elle ne le sait pas forcément car en France la profession est très peu connue, mais la femme a toujours besoin d’une doula auprès d’elle ! L’adolescente qui découvre son cycle, la jeune femme qui commence sa vie sexuelle, la future maman et ses questionnements, la maman fatiguée avec son nourrisson, la femme en plein deuil périnatal… La doula est là pour la femme primipare autant que pour la femme multipare qui a vécu divers accouchements et qui pour son dernier décide d’être plus accompagnée.

Crédit photo réservé www.ldmkphoto.com

Différences entre sage-femme et doula ?

En gros, la Sage-Femme est une professionnelle de la santé de la femme, et la doula une professionnelle de l’écoute de la femme. Ces deux professions sont complémentaires dans bien des pays.

La sage-femme a fait cinq ans d’études médicales et stages en école de sage-femme, et obtenu le Diplôme d’État de Sage-Femme. Elle fait le suivi gynécologique de la femme (comprenant entre autre frottis, contraception, palpation des seins, IVG…), le suivi global de grossesse, la préparation psycho-prophylactique à la naissance, les accouchements, les visites post-partum etc… Son regard, comme ses connaissances, est avant tout médical, et son suivi garantit à la femme enceinte que sa grossesse et son accouchement se passent au mieux pour la santé de la mère comme de l’enfant.

En France, il n’existe aucun diplôme officiel qui sanctionne le métier de doula, ce qui n’est pas le cas dans tous les pays. Donc toutes les formations et différentes écoles peuvent convenir, selon le besoin et l’envie de la personne qui se forme pour être doula. Le travail de l’accompagnante consiste surtout en de l’écoute active, d’être dans la bienveillance et le non-jugement. Elle peut proposer d’autres choses en fonction des formations qu’elle a faites, rien de médical, mais une présence calme et formée pour répondre à toutes les questions et besoins, tant émotionnels, que physiques et matériels de sa cliente.

Crédit photo réservé www.ldmkphoto.com

Il est vraiment dommage que le corps médical essaye de « séparer » sage-femme et doula, et que la majorité des gens confondent sage-femme et doulas car ces deux accompagnements, très différents, sont tout à fait compatibles, et être entourée d’une sage-femme et d’une doula pendant une grossesse, un deuil, une maladie, et bien sûr un accouchement, est un luxe accessible, que chacune devrait au moins une fois essayer, d’autant plus que de plus en plus de doulas ont accès aux plateaux techniques de certaines maternités.

Le travail de la doula, c’est quoi ?

Son travail consiste surtout à écouter (et non pas entendre, ce qui est vraiment différent) la femme, le couple, voire les enfants. Elle vient aux rendez-vous avec son sourire et toute son attention pour répondre aux demandes des parents/enfants, pour donner des informations factuelles, et pas des « on dit que… ». Les rendez-vous s’organisent sur plus d’une heure souvent, pour que chacun ait le temps de s’exprimer pleinement.

Souvent la doula a plusieurs casquettes (vive les formations et la soif d’apprendre et transmettre !) et peut donc proposer du massage à la femme enceinte, organiser un blessingway, enseigner l’auto-hypnose en vu de l’accouchement, donner des cours de portage en écharpe, du massage de bébé pour diminuer les douleurs des coliques ou du reflux, parler de l’allaitement maternel si c’est le souhait de la maman, proposer le soin-rituel du Rebozo en postnatal, aborder le post-partum pour bien le vivre, cuisiner et s’occuper des aînés pendant que la mère et le nouveau-né se reposent… La doula peut aussi prêter des livres à la famille sur beaucoup de sujets autour de la naissance (c’est aussi une autre addiction chez la doula, généralement) car elle se tient au courant des dernières nouveautés, ou des moyens de portage pour en essayer plusieurs avant d’acheter, une piscine d’accouchement, etc…

Crédit photo réservé www.ldmkphoto.com

Combien coûte un accompagnement ?

Certaines doulas proposent un prix par rencontre (entre 50 et 100€), d’autres travaillent au forfait (5 rencontres pour 300€, par exemple… ).

Il est important de rajouter à cela le coût de l’astreinte, c’est-à-dire le temps où la doula s’engage à être disponible, quels que soient le jour et l’heure, pour rejoindre, où qu’il le désire, le couple qui va accoucher, soit généralement à partir de 39 SA jusqu’à l’accouchement (environ 3 semaines), ce qui sécurise le couple qui choisit d’être suivi par une doula et lui assure que cette personne de confiance sera là. Les prix qu’elle pratique englobent souvent les déplacements, les repas/boissons, son organisation familiale (garde des enfants par une baby-sitter ou assistante maternelle, l’accueil du matin ou du soir etc). Il faut parfois penser à prévoir le prix du stationnement autour de la maternité en plus, pour les plus grandes structures. Parfois la doula reste dans la vie de la famille plusieurs années, avec une visite annuelle, parfois pas. Bref, il n’y a pas un tarif de doula, mais autant de tarifs qu’il existe de doulas et de souhaits des couples.

Bon à savoir : certaines doulas peuvent être payées en CESU (Chèque Emploi Service Universel), ce qui permet aux familles de bénéficier d’une réduction ou d’un crédit d’impôt.

Pour en savoir plus…

Si vous êtes intéressé.e par un accompagnement de votre grossesse bienveillant, à l’écoute de vos souhaits et besoins, et sororal, par une doula, en plus du suivi médical ad hoc, il existe un annuaire non-exhaustif des praticiennes sur le site doulas.info et plusieurs réseaux locaux par département.

Cet article a été rédigé par DoulAline pour Mellune.

Qui suis-je ? Je m’appelle Aline, et je suis doula depuis 2009, j’ai commencé à me former auprès de Michel Odent et Liliana Lammers en 2007. J’enchaîne les formations depuis, selon mon budget, mon organisation familiale, les intitulés. Les 2 dernières faites sont celle de Camille Laperle de Maternité Sacrée « doula postnatale » et celle de Spinning Babies. Depuis 10 ans, j’ai accompagné environ 20 couples, vu 8 bébés naître (soit en structure hospitalière soit à domicile avec une sage-femme). Je suis moi-même mère de 3 enfants J’organise mes rendez-vous avec les parents sur le temps scolaire voire le samedi. Je suis disponible par mail, par SMS, par téléphone h24 pendant une astreinte. Mon sac de doula est prêt, dans mon coffre généralement. Si je dois partir la nuit, le papa est présent pour les enfants. Si je suis appelée en journée, ils sont à l’école, ou les plus grandes s’occupent du plus jeune en attendant mon retour. Lors de l’accouchement quand ma présence est acceptée, je suis les demandes de la maman, et aussi de son compagnon/sa compagne à qui je laisse sa place. Je ne saurais dire ce que je fais vraiment pendant un accouchement car c’est tellement différent à chaque fois, tout en étant identique dans le fait d’être juste entièrement présente pour les parents.

Un infini MERCI à Maïlys, Doula en Provence, pour l’autorisation de diffusion de ses photos professionnelles en illustration de ce sujet.

Publié par Laisser un commentaire

Le Soin Rituel Rebozo – par Marjorie MoonFlow

rebozo 1

Dans la plupart des cultures traditionnelles, les mères gardent le lit pendant 21 à 40 jours après l’accouchement. Cette période permet la naissance de la mère, la découverte de son bébé, et le repos de son périnée. Les femmes proches de la mère viennent alors soutenir cette nouvelle famille. Elles font à manger, le ménage, portent le bébé le temps que la mère prenne sa douche, etc… Elles vont aussi donner plusieurs fois à la nouvelle mère le soin Rebozo.

Qu’est-ce que le Rituel Soin Rebozo ?

Un soin ancestral

D’abord, sachez que le Rebozo est le terme mexicain pour désigner le châle « à-tout-faire ». C’est aussi bien un tour de cou, un châle pour se couvrir, un accessoire pour bercer la femme enceinte ou encore une écharpe porte-bébé. Le rituel tire donc son nom du tissu traditionnel que l’on va utiliser lors du soin.

rebozos mexicanos de Rosario Nunes Flores - Toluca (Mexico)
rebozos mexicanos artisanales
de Rosario Núñez Flores (Mexico)

Un moment sacré

Lors de la grossesse, le corps de la maman s’est progressivement ouvert pendant 9 mois. Cette ouverture a atteint son apogée lors de l’accouchement. Le soin Rebozo va aider le corps de la femme à se refermer. C’est un moment de relaxation intense, un moment privilégié avec soi-même, pour ressentir les contours de son corps qui vient de traverser une étape sacrée.
Le soin rituel Rebozo dure environ 3 heures. Il se compose de quatre grandes étapes :

  • Un enveloppement du corps qui permet une première montée en température.
  • Un massage à quatre main avec une huile végétale. Chaque partie du corps est massée séparément. Les mouvements asymétriques permettent au mental de déconnecter complètement et un relâchement profond.
  • Une sudation dans un hammam ou éventuellement un bain de fleurs.
  • Un resserrage zone par zone du corps à l’aide du châle Rebozo.

Une tisane à base de cannelle, romarin et piment agrémente le soin. Elle participe à la montée en chaleur du corps et permet l’élimination des toxines.

Une histoire de femmes

Quand on reçoit un soin rituel Rebozo, c’est généralement avec une intention particulière. Les femmes donnent le soin en conscience, dans le respect de cette intention. Tout le soin est effectué en silence. Deux femmes au minimum vont prodiguer le soin, mais elles peuvent être plus nombreuses. Pendant ces trois heures, on peut véritablement ressentir une connexion avec toutes les femmes, toutes les mères du monde entier.

mirebozo 4 mains
photo crédit Mirebozo

A qui s’adresse le soin rituel Rebozo ?

Traditionnellement, c’est la femme qui vient d’accoucher qui reçoit ce soin. Mais à vrai dire, tout ce rituel tourne autour de l’idée de fermer un cycle pour en ouvrir un nouveau.
C’est pour cela que le soin Rebozo peut être donné à chaque femme qui en ressent le besoin. Le besoin de marquer un changement, un passage. Toutes ces raisons peuvent amener à se reconnecter à son corps, à prendre un temps sacré pour soi, au travers du rituel Rebozo.

Pour en savoir plus…

Cet article est rédigé par Marjorie MoonFlow pour Mellune. Vous trouverez plus d’informations sur ce rituel sur son site : mymoonflow.com . Un Soin Rebozo coûte entre 150€ et 300€ en moyenne. Vous trouverez ici l’annuaire des praticiennes de l’école française du rebozo.